Aix-en-Provence
Informations pratiques
sur les musées

[ Aix-en-Provence ]
Musée Paul Arbaud
L'académie,
gardienne de la tradition
et du patrimoine aixois
Tour de l'hôtel de ville, Album Gondran (Fonds Méjanes, Aix-en-Provence), cliché B. Terlay.

Statue du Duc de Villars par Coustou,
Escalier de l'Hôtel de ville d'Aix-en-Provence.

Le Monument Peiresc, Place de l'Université, Aix-en-Provence, carte postale, cliché B. Terlay.

Statue du Roi René, Album Gondran (Fonds Méjanes, Aix-en-Provence),

Monument aux morts sculpté par Marius Malan,
cimetière Saint-Pierre, Aix-en-Provence, 1920.

Dessin du projet de Formigé tiré du Mémorial d'Aix paru le 21 janvier 1923.

Vue du Cours Mirabeau, Album Gondran (Fonds Méjanes, Aix-en-Provence), cliché B. Terlay.

Fortement impliquée dans les questions concernant la ville, l'Académie joue un rôle fondamental dans la préservation du patrimoine d'Aix-en-Provence. Dans ses actions et engagements, elle entretient des rapports étroits avec la municipalité, tantôt en s'opposant, tantôt en s'associant aux projets de la ville.

Le beffroi
Edifiée en 1510, la tour de l'horloge est l'un des monuments les plus anciens d'Aix. En 1881, la municipalité décide de la faire démolir, la considérant comme un obstacle à la circulation et
dangereuse en raison du détachement de certains éléments architecturaux. L'Académie d'Aix fait campagne contre le projet de la ville qu'elle assimile à un acte de vandalisme. Elle obtient du Ministère des Beaux Arts le classement de l'édifice comme Monument Historique. En 1923, L'Architecte en chef des Monuments historiques Jules Formigé, chargé de la restauration du beffroi,
propose de supprimer le cadran méridional pour le remplacer par une armature en fer à laquelle seraient pendues des cloches.
L'Académie s'associe à la Municipalité pour que rien ne soit changé à l'aspect de la façade méridionale. Face aux arguments historiques et pratiques qui lui sont avancés, Jules Formigé renonce à son projet.

La statue du Duc de Villars par Coustou
Par son testament du 27 juin 1765, Honoré Armand, duc de Villars, gouverneur de Provence lègue à la ville d'Aix-en-Provence une somme importante destinée à la création de plusieurs
établissements : une bibliothèque publique, un jardin des plantes, un cabinet d'antiquités et de médailles et une écode de dessin. Il lègue également la statue de son père, Louis Hector, maréchal de France et vainqueur de Denain, réalisée par le sculpteur Nicolas Coustou, afin qu'elle décore la salle de la première bibliothèque publique. Enfermée dans le couvent des Bénédictines après la Révolution, la sculpture tombe dans l'oubli jusqu'en 1812, date à laquelle elle est placée en haut du grand escalier de l'Hôtel de ville. En 1905, lors de travaux de réfection, la statue du duc de Villars est descendue de son piédestal. La municipalité envisage de la mettre dans la salle de police de la Mairie. Nombreuses sont les protestations qui s'élèvent contre ce projet : pour l'historien Numa Coste la place de l'oeuvre de Coustou est au Musée. L'Académie quant à elle propose-et obtient-que la statue du maréchal soit replacée sur le palier car "le Villars de l'Hôtel de Ville fait partie du décor de l'édifice".

Le Monument Peiresc place de l'Archevêché
En 1894, à l'initiative de Tamizey de Larroque, éditeur de la correspondance de Peiresc, un comité Peiresc est constitué pour ériger un monument au célèbre humaniste aixois. Le président en est Georges Guibal, doyen de la Faculté de lettres et membre de l'Académie depuis 1884. Le monument est inauguré le 11 novembre 1895, place de l'Université. Il se compose d'un piédestal en pierre de taille surmonté d'un globe, oeuvre de l'architecte Huot, et d'un buste en bronze du sculpteur Solari.
Les exigences de la guerre ordonnant la récupération de métaux non ferreux, les Allemands envoient le buste à la fonte en 1943. En 1964, l'Académie d'Aix décide de lancer une souscription publique pour rassembler les fonds nécessaires à la restauration du monument. Un buste identique à celui de 1894 est reconstitué à partir d'un moule en plâtre conservé au Musée du Vieil Aix.

Polémique autour du monument au Morts
En 1919, la Municipalité d'Aix déclenche une véritable petite guerre civile en proposant de déplacer la fontaine du Roi René et d'élever à sa place un monument à la mémoire des enfants d'Aix morts au champs d'honneur. Protectrice des traditions et de l'histoire locale, l'Académie d'Aix s'oppose à ce projet. Face aux nombreuses protestations, la Municipalité renonce au déplacement du Roi René. En 1920, le Monument aux Morts trouve enfin sa place au Cimetière Saint-Pierre.

L'Académie des sciences, agriculture, arts et belles lettres d'Aix >>>>>>>> >
Aix-en-Provence et les sociétés savantes >>>>>>>> >
Personnages illustres de l'académie >>>>>>>> >
L'académie, gardienne de la tradition et du patrimoine aixois >>>>>>>> >
Les sociétés savantes en France >>>>>>>> >

© 1997 - 2006 Musées d' Aix - en - Provence, Museums Provence Alpes Côte d'Azur - France.