Aix-en-Provence
Informations pratiques
sur les musées

[ Aix-en-Provence ]
Musée Paul Arbaud
Aix-en-Provence
et les sociétés savantes
Portrait gravé de Louis Hector, Duc de Villars, protecteur de l'Académie de Marseille
(Fonds Méjanes, Aix-en-Provence).

Le Marquis de Méjanes, carte postale
(Fonds Méjanes, Aix-en-Provence).

Dessins de vestiges de constructions romaines par Reinaud
(territoire d'Aix, quartier de la tour d'Eymen entre le pont des gardes et celui des chandelles).

Procès verbal de la Société statisque provençale du 14 mars 1827
(Fonds Méjanes, Aix-en-Provence).

Allégorie de la Fondation de la Société d'Aix par Clérian, 1808.
(Collection du Musée Arbaud, Aix-en-Provence).
Au début du XVIIIe siècle, la Provence compte un grand nombre de sociétés savantes qui accèdent rapidement au rang d'académie : l'Académie des émulateurs d'Avignon, fondée en 1658, l'Académie d'Arles, créée en 1666 et reconnue de façon officielle par Louis XIV en 1668, l'Académie royale de Nîmes, créée en 1682. En 1726 est fondée à Marseille l'Académie des Belles Lettres qui, par nouvelles lettres patentes devient en 1766 l'Académie des Belles Lettres, Sciences et Arts. Face à la vitalité de ces cités et de leurs sociétés savantes, Aix-en-Provence fait pâle figure.
Ce n'est qu'au milieu du XVIIIe siècle que la capitale de la Provence entre dans le mouvement.
Les sociétés savantes aixoises de l'Ancien Régime

1750 : la première société savante
Vers 1750, une société littéraire s'établit à Aix-en-Provence. Les sujets évoqués sont variés : éloquence, poésie, histoire, droit. A chaque assemblée, deux membres ont l'obligation de présenter des observations sur l'histoire d'Aix et de la Provence. En revanche, le réglement de la société interdit formellement de traiter de la religion, des bonnes moeurs et de l'Etat. Souhaitant obtenir une
reconnaissance officielle, la société sollicite les lettres patentes du Roi mais celles-ci lui sont refusées. Elle disparaît à une date indéterminée.

1762 : la société d'agriculture de Provence
En 1762, sous l'impulsion de l'Assemblée des Communautés de Provence, est créée la société d'agriculture de Provence. Un arrêt du Conseil d'Etat du 20 janvier 1765 la reconnaît officiellemnent, mais lui interdit de s'occuper de littérature ou d'art. En limitant ainsi les sujets de la nouvelle association, l'Etat ne prend pas le risque d'inciter l'esprit frondeur des parlementaires aixois à la
critique politique.
Ce n'est toutefois qu'en 1777 qu'elle est effectivement constituée sur la proposition du Marquis de Méjanes, Consul de la ville et procureur du pays. Parmi la vingtaine de membres qui la compose, la société compte des bourgeois, des commerçants et des parlementaires.
La société d'agriculture n'a pas le succès escompté et, dès 1785, elle n'a plus d'assemblée. Elle disparaît définivement durant la Révolution.



Le XIXe siècle

1808 : La Société des sciences, agriculture, arts et belles lettres d'Aix
En 1808, à l'initiative du docteur Jacques Gibelin, est créée la Société des sciences, agriculture, arts et belles lettres d'Aix qui devient en 1829 l'Académie des sciences, agriculture, arts et belles lettres d'Aix.

1824 : La Société de statistique provençale
La publication de la Statistique des Bouches-du-Rhône par le préfet de Villeneuve crée dans le département un véritable engouement pour les études statistiques. Dans la mouvance de ce courant, se constitue à Aix la Société de statistique provençale. Cette nouvelle société est plus libérale, plus novatrice et plus ouverte que l'Académie. Elle cultive des activités traditionnelles comme les belles-lettres, l'histoire et l'agriculture, mais aussi des disciplines plus modernes comme la statistique, l'économie, l'industrie, la météréologie.
Composée de 30 membres résidants, de membres honoraires et de correspondants, elle se réunit une fois par mois et donne une séance publique annuelle. La Société de statistique provençale a
également une activité de terrain : elle recherche et conserve les vieux monuments puis signale leur existence à l'autorité publique.
La Société de statistique provençale disparaît après 1835.
L'Académie des sciences, agriculture, arts et belles lettres d'Aix >>>>>>>> >
Aix-en-Provence et les sociétés savantes >>>>>>>> >
Personnages illustres de l'académie >>>>>>>> >
L'académie, gardienne de la tradition et du patrimoine aixois >>>>>>>> >
Les sociétés savantes en France >>>>>>>> >

© 1997 - 2006 Musées d' Aix - en - Provence, Museums Provence Alpes Côte d'Azur - France.