Aix-en-Provence
Informations pratiques
sur les musées

[ Aix-en-Provence ]
Musée Paul Arbaud
Les sociétés savantes
en France
Circulaire de François Guizot datée du 30 juilet 1834 et adressée à la Société de statistique provençale. d?Aix. (Fonds Méjanes, Aix-en-Provence).
Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles se développent dans les villes françaises des sociétés où se rassemblent érudits locaux, amateurs d'art et d'histoire, scientifiques. Ces sociétés savantes explorent de nombreux domaines : lettres, histoire, sciences naturelles, agriculture, médecine, botanique. Très actives, elles déploient un large éventail d'actions : recherche scientifique, diffusion de la connaissance par le biais de publications (annuaires, bulletins, mémoires) et de séances publiques, sauvegarde du patrimoine, constitution de collections. Certaines sociétés savantes -celles qui ont fait leur preuve- se voient accorder par le Roi les lettres patentes. Elles acquièrent ainsi une reconnaissance officielle et le droit de prendre le titre d'Académie, jouissant de privilèges non négligeables.
Supprimées à la Révolution, les sociétés savantes réapparaissent et se multiplient au XIXe siècle. Nombreuses, diverses, dynamiques, elles sont cependant isolées les unes par rapport aux autres. Pour remédier à ce problème, l'érudit normand Arcisse de Caumont (1801-1873) met en place à partir de 1834 les congrès archéologiques de France où les sociétés savantes échangent des informations sur leurs méthodes de travail et leurs recherches. En 1839, il crée un organisme chargé d'organiser les congrès et de coordonner les sociétés savantes : l'Institut des Provinces.
C'est également dans les années 1830 que l'Etat affirme son engagement dans le domaine scientifique et patrimonial : en 1834, François Guizot, Ministre de l'Instruction publique de Louis-Philippe, crée le Comité pour la recherche et la publication des documents inédits relatifs à l'histoire de France qui, devient, en 1881, le Comité des Travaux Historiques. Chargé de la tutelle des sociétés savantes, le comité coordonne leurs recherches, les subventionne et développe l'émulation entre elles. Le Comité est également pour l'Etat un moyen de surveiller ces sociétés savantes qui, par leur dynamisme et leur autonomie, représentent un contrepouvoir à l'autorité centrale.
L'Académie des sciences, agriculture, arts et belles lettres d'Aix >>>>>>>> >
Aix-en-Provence et les sociétés savantes >>>>>>>> >
Personnages illustres de l'académie >>>>>>>> >
L'académie, gardienne de la tradition et du patrimoine aixois >>>>>>>> >
Les sociétés savantes en France >>>>>>>> >

© 1997 - 2006 Musées d' Aix - en - Provence, Museums Provence Alpes Côte d'Azur - France.