Accueil > La salle de Paléontologie > Fouilles paléontologiques
Fouilles paléontologiques en Provence

Fouilles paléontologiques sur l'A8
Des dinosaures sous le bitume...
Désirant élargir le tronçon autoroutier de l'A8 entre le péage de la Barque et Saint-Maximin, la société Escota a sollicité le muséum d'Aix à la fin de l'année 2004 pour réaliser une estimation du potentiel paléontologique des terrains concernés par les travaux.

Le bassin de l'Arc étant connu depuis longtemps pour sa richesse en restes de dinosauriens, la Direction Régionale de l'Environnement a demandé à la société Escota de programmer et de financer d'éventuelles fouilles préventives sur les zones devant être détruites lors des travaux d'élargissement.

Ainsi, entre la fin de l'année 2004 et durant l'année 2005, une série de prospections ont été réalisées par Yves Dutour et Eric Turini le long de l'autoroute. La nature des terrains observés (grès, argiles ou calcaires) et les indices relevés tels que des fragments d'os, des dents ou des restes d'oeufs, ont permis de sélectionner une dizaine de sites pouvant faire l'objet d'une campagne de fouille.


Organisation de la fouille

De la même manière que sur le quartier Sextius-Mirabeau, l'équipe de paléontologues procède par décapages successifs à l'aide d'une pelle mécanique. Une fois la zone dégagée l'équipe scrute la zone à la recherche d'indices : coquille, dent, os...

Sur place les ossements sont dégagés à l'aide de marteaux et de burins de différentes tailles et parfois même à l'aide d'un marteau piqueur (le grès est souvent très dur à travailler). Une fois le bloc préparé, il est dessiné et positionné sur un plan qui servira à de futures études. Les paléontologues réalisent ensuite une coque à l'aide de toile de jute et de plâtre qui servira au maintien du fossile lors de son prélèvement et à sa préservation.

Les fossiles sont ensuite acheminés au laboratoire, il s'agit d'une maison mise à la disposition de l'équipe de fouille par la société Escota. Celle-ci est équipée pour le traitement des fossiles. On y trouve un poste de tamisage (vérification des déblais), un poste de dégagement où fonctionnent deux micro-burins qui servent à extraire le fossile de sa gangue de roche. Une sableuse est également sur place et sert à redonner au fossile toute sa jeunesse en dégageant les dernières traces d'argiles ou de roches sur le fossile.


Des découvertes ?

Actuellement et jusqu'à la fin du mois de mai, l'équipe de paléontologues se concentre sur le site du Jas-neuf. Elle a pu mettre au jour un certain nombre d'ossements (vertèbres, humérus..) qui semblent provenir d'un grand sauropode peut-être du Titanosaure mais nous ne sommes pas encore à l'heure des interprétations.. Un crâne ainsi qu'une carapace de tortue et son plastron ont également été mis au jour. A signaler également la présence d'une mandibule de crocodile et surtout d'une petite dizaine de dents de Tarascosaure, un grand théropode proche de l'Allosaure. Cette trouvaille révèle l'importance de ce site car les découvertes de dents de ce grand théropode se comptent sur les doigts de la main.

A la Une du mois

Actualités des Muséums PACA
Portail des Museums Provence Alpes Côte d'Azur
©  1999 - 2009 Museum Aix-en-Provence, Museums Provence Alpes Côte d'Azur, paca, France.