Accueil > Historique du Museum d'Aix-en-Provence
Les personnalités Historiques du Muséum Historique d' Aix-en-Provence
Historique du Museum d' Aix-en-Provence
Quatre siècles d’Histoire Naturelle

C’est au milieu du XVIème siècle que se répandent à travers l’Europe les « Cabinets de curiosités » qui rassemblent des spécimens naturels, raretés exotiques, fossiles… Nombre d’entre eux ont pour vocation l’étude des plantes, des minéraux et des animaux à des fins médicales et pharmaceutiques.

Au XVIIe siècle le goût des curiosités, autrefois réservé aux princes, se diffuse dans la bourgeoisie. À Aix-en-Provence, c’est notamment parmi les avocats du parlement (Borilly, Rascas de Bagarris et le célèbre Fabri de Peiresc) que l’on trouve ce type de collectionneurs. Peu à peu l’objectif recherché par ces cabinets n’est plus de réunir des curiosités, mais de dresser un inventaire de la nature. Ils deviennent alors des cabinets d’histoire naturelle.

L’un des plus célèbres à Aix, fut celui installé dès 1795 au numéro 40 du cours Mirabeau dans l’hôtel Suffren Saint-Tropez. Ce dernier fut destiné aux élèves de l’École centrale du département. Il est transféré dans le couvent des bénédictines (à l’emplacement de l’actuel collège Mignet) où un inventaire en est dressé le 21 novembre 1802. Trois ans après, l’École centrale est supprimée et la collection est transportée à Marseille. En Provence, aucune collection ayant appartenu aux différents cabinets existants à cette époque n’a malheureusement été conservée.

Le milieu du XIXe cherche à rendre le savoir accessible à tous. De nombreuses villes achètent alors certaines collections privées et les organisent de façon à les présenter à un large public, préfigurant ainsi les muséums d’histoire naturelle. C’est dans cet esprit qu’en 1838, la municipalité Aude fonde le Cabinet d’histoire naturelle d’Aix-en-Provence.
1838 : Création officielle d’un cabinet d’histoire naturelle

Lors de la séance du conseil municipal de la ville d’Aix-en-Provence du 9 mai 1838, le maire, Antoine Aude, fait connaître la proposition de Madeleine Robert, héritière de M. Carle, ancien pharmacien, de vendre à la ville le Cabinet d’histoire naturelle formé par celui-ci. Ce Cabinet « présente principalement grand nombre de variétés d’oiseaux, tant indigènes qu’étrangers, et autres objets curieux ». Le conseil municipal décide d’acquérir cette collection d’histoire naturelle et nomme une commission pour décider s’il y aura ou non un conservateur pour ce Cabinet. Plusieurs personnalités, dont Gaston de Saporta, de Fonscolombe, Lieutaud, Boyer et Henri Coquand proposent alors de donner, à la ville, certaines de leurs collections en vue de compléter le Cabinet d’histoire naturelle de M. Carle.
1839 : Ouverture effective du premier Cabinet d’histoire naturelle d’Aix

Le samedi 4 mai 1839, le journal Le Mémorial d’Aix annonce l’ouverture effective, le 1er mai, du premier Cabinet d’histoire naturelle d’Aix dans deux salles du premier étage de l’Hôtel de ville. Le musée présente alors la collection d’oiseaux de M. Carle et une belle suite de minéraux et de fossiles de Provence. Dans les années qui suivent son ouverture, les dons, nombreux et variés, viennent compléter le fonds du nouveau musée, parmi lesquelles les collections de papillons de Léon Martin et de minéraux et fossiles de Monsieur Leydet données en 1839.
1844 : Henri Coquand quitte Aix-en-Provence

Henri Coquand quitte Aix en 1844. Deux conservateurs lui succèdent : Léon Martin qui assurera cette fonction pendant près de trente ans, puis Camille Léon Mesplès de 1874 jusqu’à sa mort en 1893. Le musée, maintenant à l’étroit dans ses deux salles de l’Hôtel de ville, tombe dans une sorte de léthargie. Les spécimens ne sont plus entretenus et le nombre de visiteurs diminue.
1892 : Réveil du muséum grâce au don de Louise Rostan d’Abancourt

Le réveil ne se fera qu’en 1892 grâce au don important fait à la ville par Louise Rostan d’Abancourt. Cette bienfaitrice propose à la ville une collection riche de plusieurs milliers de spécimens de minéraux, fossiles, coquillages et d’objets datant de la préhistoire. Cet ensemble regroupe, entre autres, les collections de son père Léon Rostan, d’Eugène Robert et d’Honoré Martin. En 1892, le docteur Philippe Aude, ami de Louise Rostan d’Abancourt, fait don à la ville d’une importante collection de minéraux et de roches. Il deviendra par la suite un personnage important dans l’histoire du muséum.
10 novembre 1895 : Installation du muséum au musée des peintures

Le 10 novembre 1895, on inaugure la salle Louise Rostan d’Abancourt au musée des peintures. Pour veiller à l’entretien des collections et au bon fonctionnement du musée, il est créé une commission de surveillance du muséum d’histoire naturelle, présidée par le maire et comprenant des scientifiques et des personnalités aixoises.
1896 : Victor Achard est nommé conservateur du muséum

Sur la proposition de la commission, l’entomologiste Victor Achard est nommé conservateur du muséum en 1896. Les dons continuent avec notamment la collection d’oiseaux du comte Casimir Louis de Barrigue de Montvallon et la collection de géologie, de paléontologie et de paléobotanique du comte Gaston de Saporta.
9 avril 1905 : Inauguration du muséum au boulevard du Roi René

Pendant plusieurs années, Philippe Aude se démène pour que la ville d’Aix-en-Provence se décide à construire un vrai musée pouvant contenir toutes les collections données au muséum. Son acharnement porte ses fruits et le 23 novembre 1902, Le Mémorial d’Aix parle, pour la première fois, parmi les différents lieux pressentis, de la construction d’un musée à l’emplacement de la caserne de la Charité, boulevard du Roi René. Le 22 mars 1903, le maire publie l’avis de mise en adjudication des travaux de construction à réaliser à la caserne de la Charité pour le musée d’histoire naturelle. L’inauguration du muséum a finalement lieu le dimanche 9 avril 1905 en présence du maire, de ses adjoints et du conseil municipal, et du docteur Aude, président du muséum. Au cours de son allocution, le docteur Aude, après un bref historique, décrit les différentes missions du muséum et en présente les collections. Le maire, Joseph Cabassol, retrace les différentes étapes ayant conduit à cette réalisation et fait l’éloge de toutes les personnes ayant permis à cet établissement de voir le jour. Après les discours, toute l’assemblée visite le bâtiment et on estime à 5 000 le nombre de visiteurs.
1905 – 1936 : Le muséum d’histoire naturelle au boulevard du Roi René

À partir de cette date, le muséum fonctionne normalement. Victor Achard en est le conservateur et le docteur Philippe Aude, son directeur, préside la commission de surveillance. Celle-ci notifie régulièrement au maire les améliorations qui doivent être apportées au bâtiment pour permettre une meilleure valorisation et préservation des collections. Le muséum ferme durant la première guerre mondiale. Victor Achard décède le 31 décembre 1915 et son neveu Louis Durand est nommé au poste de conservateur le 1er août 1919. Des travaux ont lieu dans le bâtiment, en 1921, afin de remettre en état les salles avant la réouverture. Le muséum est considéré à ce moment-là comme le cinquième muséum de France.
1936 : Fermeture du muséum et dispersion des collections

Cette année-là, l’armée est à la recherche d’un lieu dans le sud de la France, susceptible d’accueillir l’état major de la IVe région aérienne. La municipalité d’Aix se porte candidate, prête à de nombreux sacrifices pour avoir l’honneur de le recevoir. Après avoir visité de nombreux immeubles appartenant à la ville ou à des particuliers, le général Keller choisi le bâtiment abritant le muséum d’histoire naturelle. La ville accepte et cède à l’état ces locaux. Les collections sont alors évacuées entre le 30 juillet et le 16 août 1936. Cette fermeture brutale se veut normalement provisoire. En effet, la ville fait la promesse de reloger rapidement le muséum dans des locaux mieux adaptés, mais finalement rien n’est fait et avec l’arrivée de la seconde guerre mondiale, le musée finit par tomber dans l’oubli.
1936 – 1953 : Les collections en sommeil

Malgré la dispersion des collections, la ville continue à nommer des conservateurs, mais à titre bénévole. Entreposées dans des locaux inappropriés, les collections souffrent beaucoup d’actes de malveillance et du manque d’entretien. De plus, au moment de la libération en 1944, l’incendie de l’école Dombre détruit les collections d’entomologie, d’ethnologie et de préhistoire, venant empirer une situation déjà catastrophique. La municipalité Mouret réagit : elle nomme, en 1948, Raymond Dughi, conservateur à titre bénévole. Ce chercheur, appuyé par le docteur Bianchi, adjoint au maire et secondé par son adjoint François Sirugue, se donne pour mission de faire renaître le muséum.
1949 – 1953 : Inventaires et restauration des collections

Plusieurs lieux sont pressentis pour accueillir le nouveau muséum, dont la chapelle de l’ancienne école de la rue Maréchal-Joffre. Le conseil municipal du 8 février 1950 décide finalement de louer à la Mutualité aixoise, le dernier étage de l’hôtel Boyer d’Eguilles, un hôtel particulier du XVIIe siècle et l’aménage afin d’y recevoir le muséum. Durant trois ans, Raymond Dughi et François Sirugue travaillent sur les collections et tentent de sauver ce qui peut encore l’être. Les spécimens sont restaurés et préparés pour être à nouveaux exposés. Ils aménagent pour cela des salles d’expositions et un laboratoire ; les collections sont progressivement transférées dans les nouveaux locaux aménagés à cet effet et des inventaires commencent à être dressés. La politique d’enrichissement du fonds du muséum reprend lorsque la ville achète, en 1951, la collection d’insectes de M. Meyer.
17 avril 1953 : Inauguration des nouvelles salles à l’hôtel Boyer d’Eguilles

Le matin du vendredi 17 avril 1953, en présence d’Henri Mouret, maire d’Aix-en-Provence et de nombreuses personnalités, le muséum peut enfin rouvrir. Le 9 juillet 1953 une première exposition intitulée « Bêtes et Plantes » est présentée au public. Elle est la première d’une longue série car le nouveau muséum, en plus de ses salles permanentes, propose désormais des expositions temporaires. Raymond Dughi et son adjoint, continuent le travail d’inventaire et de restauration commencé sur les collections. Ils entreprennent des recherches sur les coquilles d’oeufs de dinosaures que l’on trouve dans la région. Ils font de nombreuses prospections et organisent des fouilles. À partir de ce moment, le fonctionnement du muséum devient normal avec une activité régulière et la fréquentation ne cesse d’augmenter.
1960 – 2013 : Le muséum se développe

Durant les années 60 à 70, le muséum connaît de nombreuses expositions ; il est souvent le siège de congrès scientifiques. À nouveau les dons redeviennent réguliers et renouvellent, en partie, les collections disparues au cours des années sombres qui ont suivi la brutale fermeture de cet établissement. François Sirugue, au décès de Raymond Dughi exerce les fonctions de conservateur et poursuit le travail qu’ils ont tous deux entrepris depuis de nombreuses années. La paléontologie s’enrichit grâce aux dons et aux fouilles organisées par le muséum sur des sites àœufs ou à ossements de dinosaures. Grâce à ces recherches, les salles de paléontologie sont entièrement réaménagées et présentent désormais des reconstitutions et des squelettes de toutes les espèces de dinosaures connues localement, ainsi que plusieurs fossiles d’autres continents. Depuis les années 1990, les efforts se portent sur le classement et les inventaires des différentes collections, de même que l’indispensable classement des archives. Ainsi, il est aujourd’hui possible de reconstituer les 175 ans d’histoire de cet établissement scientifique aixois, au parcours un peu chaotique !
2014

Le Muséum d'Histoire Naturelle d'Aix-en-Provence déménage au Parc Saint-Mitre
166 Avenue Jean Monnet - Aix-en-Provence
© 1998-2015 Museum aix-en-provence, Museums Provence Alpes Côte d'Azur - Muséum d'Histoire naturelle
Provence-Alpes-Côte d'Azur - BOUCHES DU RHONE - 166, avenue Jean Monnet 13090 Aix-en-provence

Informations légales Courriel : mediationmuseumaix@live.fr - Site web: www.museum-aix-en-provence.org
Hébergeur site Internet - Agence des Médias Numérique : AMEN, 12-14 Rond Point Des Champs Elysées – 75008 Paris, Tél. : 08 92 55 66 77.
Muséum
400 ans d'histoire
Personnages historiques
Equipe
Associations
Actualités
Expositions temporaires
Evénements
Flux Infos RSS
Expositions
Collections
Paléontologie
Zoologie
Préhistoire
Botanique
Ethnologie
Phrénologie
Minéralogie
Ateliers
Ateliers hors temps scolaires
Ateliers pour les scolaires
Bibliothèque
Prêt d’expositions
Stages pour étudiants
Médias
Lettre des Muséums PACA
Catalogues d'expositions
Vidéo (films)
Multimédia
Informations
Informations pratiques
Informations légales
Liens